Néo-japonisme

 

 

Marc Renard entame un virage vers une nouvelle période picturale.

A l’instar de Van Gogh ou Monet influencés par le « japonisme », l’inspiration de Marc Renard pour l’élégance infinies des illustrations de l’œuvre majeure de la littérature japonaise le « Dit du Genji », écrit au XI siècle, ou, les estampes érotiques traditionnelles, ne consistent pas seulement en la réception passive d’une influence esthétique ancestrale mais engendre également une création active et subjective. 

 

Fidèle à son besoin d’originalité et d’innovation artistique, Marc RENARD interprète librement l’esprit de ces codes ancestraux japonais dans ses nouvelles œuvres personnelles.

Peintes sur de la toile synthétique semi-transparente, sous tension quasi-rigide, et par l’usage de trames micro-perforées adhésives, elles font toutes référence au voyeurisme auquel se prêtent, cachés derrières des stores ajourés, des rideaux ou des paravents de lattes croisées, les personnages secondaires des scènes japonaises.

 

Ces trames micro-perforées, utilisées de nos jours pour emballer les transports en communs d’un message publicitaire, revisitent, d’ailleurs sans le vouloir, cette notion ancestrale du voyeurisme, par le « je te vois de l’intérieur, mais tu ne me vois pas de l’extérieur… ».

 

Marc RENARD interprète les corps, les coiffures, les drapés, les décors du Dit du Genji ou des estampes érotiques pour n’en garder pudiquement qu’un trait, une ombre, un mouvement, une ligne oblique, cassée ou non, une perspective, un cadrage très novateur pour l’époque.

Ses gestes picturaux lyriques, raclés, aux pinceaux ou au compresseur, dialoguent pertinemment avec ces espaces géométriques constitués de lignes toniques, droites et obliques, ou de cercles rappelant à nouveau la culture du pays du soleil levant.

Et si la facture de ses compositions néo-japonesques le propulse dans l’avant-garde pour marquer probablement l’art contemporain, les collectionneurs de Marc Renard retrouveront sa palette de couleurs et ses techniques qui le différencient de ses pairs depuis ses débuts.

 

 

Marc Minjauw

Mai 2018