INTERVIEW

 QUARANTINE EDITION 

  N°2020-04

JACQUES

BAGE

Kalaoa - Triptych - 170 x 375 cm - Acrylic on canvas

Cette semaine, l’artiste abstrait Jacques Bage nous fait l’honneur de répondre à nos questions sur les secrets de son univers. Qui est-il ? Quelles sont ses inspirations ? Son message ? Découvrons-le...

Parlez-nous un peu de votre parcours :

Je suis né en 1942 à Liège. J'avais 12 ans lors de ma première exposition à la fancy-fair du Collège de Binche. J'ai étudié à l'école Saint Luc et à l'Académie des Beaux-Arts de Mons au cours de dessin, de peinture et de gravure. Je me suis installé à Bruxelles pour peindre et travailler dans les arts appliqués. J'ai rencontré France en 1968 dans une agence de publicité et nous nous sommes installés à Céroux-Mousty en 1972.

Quelles sont vos inspirations et références ?

Je n'ai pas été influencé par un artiste en particulier. Dans mon enfance, j'achetais des livres d'art. C'est d'une façon assez chronologique que j'ai apprécié les différents courants de la peinture. Mes sources d'inspiration sont multiples. C'est notamment la nature avec ses variétés de formes, de couleurs et de lumières. Certaines musiques m'inspirent par leurs vibrations, leurs rythmes et leurs tonalités. Il y a aussi la ville et ses activités commerciales, les photos de revue, les films documentaires, les reportages du monde, etc... 

Quelle est votre réflexion au sujet des arts plastiques contemporains ?

Les arts plastiques d'aujourd'hui se caractérisent par une grande diversité de pratiques et d'activités. Dans la discipline choisie, en fonction de sa personnalité et de ses passions, l'artiste marquera ses réalisations de son propre style. Je suis très curieux et j'apprécie la multiplicité des personnalités. De nombreux styles m'intéressent et j'aime découvrir les nouvelles expressions artistiques et en suivre l'évolution. Le travail de l'artiste est ensuite exposé au public dans une galerie d'art ou un autre lieu. En visitant une exposition, je m'intéresse à l'originalité des oeuvres exposées et à l'intériorité de son créateur. Concernant les acquisitions d'oeuvres, je préfère l'amateur d'art plutôt que le collectionneur ou le spéculateur.

Quelle matière aimez-vous travailler ?

Je travaille la peinture acrylique de bonne qualité. J'aime beaucoup cette technique qui permet l'élaboration rapide avec la faculté de modifier les parties à retravailler. Comme je suis un peu impulsif, dans la même journée, je peux recouvrir et superposer les couches de peintures sans devoir attendre les longs moments de séchage. Ce matériau n'a pas d'odeur particulière. Il est très accessible et surtout, il ne pose aucun problème de manipulation qui pourrait entraver ma concentration au moment de l'exécution.

Quel est le processus de création d’une de vos oeuvres ?

Je travaille sur la toile enduite de blanc qui n'est pas montée sur châssis et posée sur une table. Lorsque je déroule cette toile blanche, j'ai très vite envie d'y mettre de la couleur. Je fais des choix instinctivement pour découvrir des opportunités picturales intéressantes. Je dois essayer de me surprendre à tout moment de l'exécution et c'est cela qui est fascinant. Une partie du fond sera peinte et ensuite viendront des éléments de couleurs différentes. Je conserverai le geste à certains endroits qui dialoguera avec les zones calmes et plus sereines. Je choisirai de garder certaines formes qui susciteront un dynamisme pour l'ensemble de la composition. Je souhaite que l'exécution d'une peinture me procure un vif étonnement et l'émerveillement de la découverte. C'est aussi la recherche de la satisfaction d'un immense désir.

Comment définiriez-vous votre style ?

Des formes abstraites aux couleurs vives qui interfèrent avec des effets de matière et des aplats nuancés. Découvrir la confrontation de la couleur appliquée d'une façon gestuelle avec les nuances et les demi-tons. Une conjonction de la transparence et de l'opacité. Combinaison de l'abstraction lyrique et géométrique.

Que voulez-vous exprimer dans votre travail ?

Je souhaite partager avec celui qui regardera mon tableau le bonheur que j'ai eu dans sa réalisation. C'est le dialogue des oppositions et des contraires qui m'interpellent. Je recherche un climat particulièrement coloré pour une peinture qui rayonne. J'aime le dialogue entre les contrastes. Les surfaces lisses avec les rugueuses, le spontané avec le controlé, le précis avec le diffus, le sinueux avec le géométrique et les couleurs vives avec les couleurs sombres. Permettre à l'observateur la découverte d'un autre monde que le sien.

La couleur tient-elle un rôle primordiale pour vous ?

Comment la travaillez-vous ?

A l'heure actuelle, c'est une réelle obsession et je la préfère vive et éclatante. Elle est enthousiasmante. La structure du tableau est initiée par la couleur. Elle a toujours été ma passion, et selon les périodes, elle était sombre ou lumineuse. C'est selon la progression du tableau que je travaille la couleur. Ce sera à la brosse, au pinceau, à la raclette, au rouleau, au tampon ou tout autre outil. Elle sera diluée ou très couvrante par endroits que je choisis au cours de l'exécution. Elle laissera apparaître la texture de la toile ou elle sera en couche épaisse et généreuse. Il y aura ce dialogue recherché entre la transparence, la dilution de la peinture et la matière appliquée généreusement. 

Quel message souhaitez-vous délivrer à travers vos oeuvres ?

Il n'y a pas de message, mais je souhaite que l'observateur trouve la même joie active et le même bonheur que j'ai eu dans l'exécution de mes peintures. Il les regardera avec sa personnalité. Cela lui procurera peut-être une sorte de gaieté intérieure comme je l'ai eue en cours de réalisation. C'est une fenêtre qui s'ouvre vers la sublimation des sentiments, le rêve, la méditation et le plaisir de l'esprit. 

Interview de Jacques Bage par Alexia Van de Velde - Mai 2020

Jacques BAGE - Autoportrait d'un confiné - Belgique 2020

Jacques BAGE - 2019 - Taravao - 40 x 50 cm - Acrylic on canvas